Québec : L'Espace Félix Leclerc

il est dommage qu'ils ne soient pas balisés logiquement ou classés chronologiquement : à chacun de se débrouiller dans cet ordre aléatoire ! et la musique de fond qui invite au recueillement doit être habituellement de Félix Leclerc, quand ce ne sont pas les balances du rez-de-chaussée pour le spectacle du soir ! néanmoins, un espace meublé de fauteuils et de casques permet d'écouter les chansons de son choix et de feuilleter des documents et articles de presse. Mais l'endroit le plus saisissant est la reconstitution en détail du bureau de l’artiste avec une telle minutie que l’on s’attend à l’y trouver assis : l'émotion est à son comble.

Chacun ressort de cette visite très touché, mais une telle icône nationale justifierait sans doute un ensemble plus soucieux des détails. Il suffirait de peu de choses pour effacer cette sensation désagréable que parfois, le souci du rendement financier l'emporte sur la qualité de la commémoration : par exemple, dans la boutique, proposer des cartes postales simples de Félix Leclerc et pas seulement des photos luxueuses à mettre sous enveloppe !

Et non loin de là, se trouve le lieu le plus émouvant pour rendre, au delà du temps et de l’espace, un hommage silencieux à cet homme exceptionnel : sa stèle quasiment anonyme dans le cimetière de Saint-Pierre de l’Île d’Orléans ; la simplicité de quelques fleurs et d’une vieille paire de souliers y valent toutes les évocations du personnage.

François Bellart

Au Québec, le répertoire de chansons, d'une richesse extraordinaire pour un pays de 7,5 millions d'habitants, constitue une part irremplaçable de la culture : les chanteurs sont unanimement reconnus comme ayant, par leurs chansons et par leur ancrage francophone, redonné au pays une identité et une fierté, un goût d'exister par lui-même, d'assumer sa politique, sa langue, sa culture et son destin.

Rappelons quelques événements marquants de l'histoire récente du Québec : le fameux "Vive le Québec libre" prononcé le 24 juillet 1967 sur le balcon de l'Hôtel de Ville de Montréal par le Général de Gaulle, qui constituait une reconnaissance de fait du nationalisme québécois en marche depuis le début des années soixante ; la marche politique du Parti Québécois et de René Lévesque qui devient Premier Ministre en 1976 ; l'adoption en 1977 de la fameuse Loi 101 qui accorde au français le statut de langue officielle du Québec. Tous les Québécois ont implicitement conscience que rien de tout cela ne se serait réalisé à ce moment-là sans Félix, Gilles, Raymond et toute une armée d'autres.

Donc, si pour les Français Félix Leclerc appartient, à l'instar de Georges Brassens, aux figures de référence de l'histoire de la chanson française de la seconde moitié du XX° siècle, pour les Québécois il représente bien plus que cela : un héraut (et un héros !) national dont la dimension dépasse le cadre de la chanson.

 

Il est donc normal qu'en son honneur ait été construit à l’Île d’Orléans un "Espace" que je suis allé visiter après avoir fait "Le tour de l’Île" !

Deux parties clairement identifiées dans cette maison de bois clair au toit argenté : un endroit dédié à la prolongation de l'esprit de l'œuvre et à l'étage, un autre voué à la mémoire de l'homme.

La "Boîte à chansons" du rez-de-chaussée est une petite salle de 150 places. Le fond de la scène est tapissé d'un immense poster de Félix. Viennent s'y produire en soirée des artistes francophones québécois, bien sûr, mais aussi français ou belges : par exemple actuellement, Nancy Dumais, Julos Beaucarne, Luc Cousineau, Louise Forestier, Bïa, Dan Bigras, soit une programmation éclectique et intéressante. Il s'y joue aussi des pièces de théâtre, et s'y réalise des expositions de peintures, bref un lieu culturel vivant. Dans la journée, cette salle est théoriquement utilisée pour la projection aux visiteurs d'un petit film sur Félix Leclerc. Dommage que, lorsqu'on installe la salle pour un spectacle, les visiteurs soient privés du film sans préavis.

Icône nationale
A l'étage, un grand living consacré à un cheminement dans les différentes étapes de la vie du grand Félix par des panneaux explicatifs et bien documentés avec photos, cartes, et objets personnels (guitares, chaussures, raquettes, etc...) ;

"Je Chante !", N°30 - Avril 2005 - page 40

Pour information, cet article tel qu'il est ici a été refusé par "Les Amis de Georges" ;
motif : l'avant-dernier paragraphe aurait pu déplaire à la fille de Félix Leclerc !

Retour à la page d'accueil chansons