Dominique GRANGE

Dominique Grange, ce sont d'abord de lointains souvenirs : un récital Guy Béart au Vieux Colombier où j'avais été bluffé par les chansons de cette jeune femme en robe blanche, ou la charmante hôtesse des émissions "Bienvenue" du même Guy Béart.

Et quelques années après, cette jeune femme apparaissait avec beaucoup de courage dans les manifestations de mai-juin 1968 et au delà s'engageait résolument dans la lutte anticapitaliste, avec une fidélité à ses convictions qui forçait le respect.

On la vit réapparaître plus tard dans des émissions de télévision sur l'adoption où elle parlait toujours un langage de vérité et d'authenticité.

Ainsi, chaque fois que je croisais son nom sur une pochette de disques, j'enrichissais petit à petit ma collection, qui d'après l'intéressée elle-même, serait quasiment complète !

Nous avons conversé par téléphone et échangé des enregistrements (de Roger Riffard en particulier). A l'occasion de la sortie de son dernier album, j'ai eu envie de faire une sorte de récapitulatif de sa carrière.