Matthieu VERMEULEN

 

J'ai connu Matthieu Vermeulen par le disque, encore une fois ! En l'occurence, c'était une seule chanson, Le pianiste du transatlantique, perdue au milieu d'une compilation d'artistes divers destinée à l'export. J'ai été impressionné par la qualité de cette chanson, son tempo, son phrasé, sa puissance évocatrice et les quintaux de frustration qu'elle exprimait... et je me suis dit qu'il y avait chez cet artiste inconnu un immense talent...

Et je n'ai pas été déçu par son CD, tout à fait à la hauteur des espérances... Les idées évoquées par les chansons ont pris petit à petit la forme d'un article que Robin a accepté d'emblée.

Quelques mois plus tard, avec Robin, nous faisons connaissance avec l'artiste sur scène où il est encore débutant. Je me dis que s'il n'avait pas pu produire de CD, si je l'avais connu par la scène seulement, je n'aurais peut-être pas eu la même impression première, et ç'eût été très dommage. Comme quoi, l'accès à l'oeuvre peut se faire autant par le disque que par la scène !

 

Article Vinyl
N° 42, juillet-Septembre 2004

Retour à la page d'accueil chansons